HistoriqueAccueil

Accueil

Historique



Les Vitrines de l'Avallonnais


Il existe une union commerciale à Avallon depuis le début du siècle dernier, union qui a été rebaptisée ADIEA en 1974 et plus tournée vers la défense des intérêts économiques de l'Avallonnais que sa promotion.

En 1995 une étude préalable à une Opération d'Amélioration et de Restructuration du Commerce et de l'Artisanat (OPARCA) est réalisée par le cabinet Baïl Prévost à la demande conjointe des commerçants et de la municipalité. Cette étude souligne les atouts et les axes de développement possibles sur la ville d'Avallon.

Fin 96, un animateur est recruté afin de définir et mettre en place une politique commerciale cohérente sur le tissu commercial avallonnais tout en développant un partenariat fort.

L'appelation "union commerciale les Vitrines d'Avallon" est née en 1997 de la volonté commune de mise en oeuvre des préconisations de cette étude OPARCA et d'affirmer une identité plus lisible auprès d'un plus large public.

Le réseau partenarial de l'union s'est d'abord étoffé. De 43 en 1997, elle dénombre aujourd'hui 100 adhérents. Ces derniers regroupent des commerçants de tous les quartiers du centre ville, de la zone industrielle, de la galerie commerciale, sans oublier l'hyper et les supermarchés.

Sous son appellation les Vitrines d'Avallon, l'union commerciale s'identifie déjà à une fédération. En effet, elle est l'émanation du groupement de trois associations à caractère commercial de la ville : l'ancienne ADIEA du centre ville, Jour de chine (l'association de la rue de Lyon) et l'ACOMA (regroupant tous les commerces de la zone commerciale Auchan).

Cette union commerciale a évolué en office de développement sous l'appellation "les Vitrines de l'Avallonnais" et fédère des commerçants de la ville centre Avallon et les comités d'animation des Bourgs centres du Pays Avallonnais.

Par ailleurs, un partenariat financier a été établi pour assurer son fonctionnement, notamment, auprès de l'Europe, l'Etat et la Région, sans oublier la ville d'Avallon. Celle-ci a pratiquement quadruplé sa contribution entre 1996 et 2006.

D'autres partenariats sont recherchés auprès des associations, des entreprises et des médias locaux afin d'amplifier les impacts, mutualiser les coûts et augmenter les fonds propres de l'association.